Automaticien
métier de l'ingénierie

Comment trouver le métier
qui vous correspond ?

Métiers associés : Mécanicien en maintenance (H-F), Responsable opérationnel en électronique et automatisme industriel (H-F), Technicien en automatismes (H-F), Technicien en robotique (H-F).

  1. Quelles sont les missions de l’automaticien ?

    Concevoir les systèmes, installer, régler et entretenir des équipements automatisés utilisés dans l’industrie, telles sont les missions essentielles de l’automaticien. À partir d’un projet réalisé par des ingénieurs, l’automaticien, ou technicien en automatismes, identifie les opérations effectuées par la machine (assemblage de pièces, mélange de matières, mise en pots…), conçoit les systèmes informatiques qui commanderont ces opérations en tenant compte des contraintes de temps et d’espace, réalise les plans de montage et choisit le matériel nécessaire. 

    Une fois achevée la conception et la programmation du système, l’automaticien entreprend la partie manuelle de son métier et procède à l’installation du système, à la mise en marche du programme informatisé et à la vérification de son fonctionnement par une série de tests. Il réalise par ailleurs les plans d’équipement de l’installation et les notices d’exploitation à destination du client ou des utilisateurs.

    Il intervient enfin en cas de panne pour déceler les anomalies et y remédier par la remise en état des dispositifs défectueux que ce soit au niveau électrique, électronique, mécanique, pneumatique ou hydraulique.

     

     

    Ses principales activités ?

    Les activités de l’automaticien varient selon le lieu où il exerce (bureau d’études, production, maintenance…) et le mode d’organisation dont il dépend. D’une façon générale, elles consistent à :

    • établir, en lien avec l’ingénieur, un cahier des charges des opérations d’automatisation à mettre en place (assembler, mélanger, emballer, stocker…),
    • concevoir le système : modélisation des robots, programmation, mise en réseau, intégration au processus de fabrication, en tenant compte des contraintes (espace, cadence de production…),
    • réaliser les plans de montage, déterminer le matériel nécessaire,
    • mettre en place le système, vérifier l’installation par des tests,
    • accompagner les clients ou les utilisateurs dans la prise en charge du système,
    • assurer l’entretien de l’installation et intervenir en cas de panne,
    • élaborer et faire évoluer les notices techniques, les procédures.
     

     

    Ses compétences et qualités ?

    Outre un esprit mathématique indispensable pour calculer et définir des systèmes complexes, l’automaticien doit :

    • faire preuve de compétences dans de nombreux domaines : automatismes, électricité, électrotechnique, hydraulique, mécanique, pneumatique…,
    • maîtriser un ou plusieurs langages de programmation informatique,
    • savoir utiliser la CAO (conception assistée par ordinateur) et la GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur),
    • connaître l’anglais technique.

    Polyvalent, rigoureux, autonome et organisé, l’automaticien est doté d’une bonne capacité d’analyse, d’échange et d’adaptation. Il sait également se montrer disponible pour intervenir à tout moment en cas de panne, y compris la nuit.

     

     

    Comment devenir automaticien ? 

    Pour accéder au métier d’automaticien dans la maintenance, un bac pro Maintenance des équipements industriels peut suffire, cependant un niveau bac + 2 voire bac + 3 est requis pour exercer en bureau d’études ou en production. Parmi les formations proposées, on retiendra :

    • BTS Mécanique et automatismes industriels (industries manufacturières),
    • BTS Contrôle industriel et régulation automatique (industries de production en continu),
    • DUT Génie électrique et informatique industrielle,
    • DUT Génie mécanique et productique,
    • Licence pro Automatique et informatique industrielle, spécialité robotique.
     

     

    Dans quel environnement ?

    Le métier d’automaticien s’exerce le plus souvent au sein d’entreprises industrielles de tout type (agroalimentaire, automobile, aéronautique, énergie, mécanique, métallurgie, plasturgie, sidérurgie, textile…) dans un service d’études, de production ou de maintenance. Il peut également s’exercer dans un bureau d’études ou un cabinet conseil en ingénierie pour le compte d’un client.

     

     

    Avec quelles perspectives d’évolution ?

    Un automaticien peut évoluer en développant des systèmes d’automatisation de plus en plus complexes, devenir responsable d’un bureau d’études, responsable de maintenance ou chef de projet. Il peut également créer sa propre structure ou bien encore passer un diplôme d’ingénieur en automatismes.

     

    Témoignage

    1. Boris, automaticien

      "Ce qui m’a toujours fasciné dans l’automatisme c’est les différences de proportions entre les commandes et ce qu’on appelle les actionneurs : vous appuyez juste sur un tout petit bouton et vous lancez une énorme chaîne de fabrication ! J’ai passé un bac scientifique pour ensuite m’orienter vers un BTS électrotechnique en alternance. Ca m’a permis de voir tous les aspects de l’électricité d’une manière générale et d’orienter mon choix vers l’industrie lourde."

     

    Pour aller plus loin

    Plus d'info sur le métier

     

    Les formations qui préparent à ce métier

     

    Votre prochain emploi
    avec Manpower

    Nos offres d'emploi

    Consultez nos offres d’emploi en CDD, CDI et intérim dans les métiers bureau d’études, méthodes et qualité.

    Voir les offres
     

    Nos agences

    Recherchez l'agence Manpower proche de vous, spécialiste du métier que vous recherchez.

    Trouver une agence